mercredi 21 février 2018

La disparue de la cabine n°10, Ruth Ware



Mon avis : Si vous êtes adeptes des thrillers psychologiques, vous aimerez celui-ci !

La disparue de la cabine n° 10, un livre que j'avais repérée sur les étagères de mon magasin (à cause de la couverture que je trouve très jolie...) mais dont je n'avais pas vraiment entendu parler jusqu'à ce qu'une de mes collègues me conseille de le lire car elle l'avait beaucoup apprécié.

Laura (surnommée "Lo") est journaliste, elle se fait cambrioler et en ressort choquée. Sa direction lui annonce qu'elle doit remplacer une collègue sur une croisière luxueuse afin de faire un article sur celle-ci. Elle accepte sans hésiter même après ce qui vient de lui arriver… Lors de la première nuit sur le bateau, elle est réveillée par un bruit étrange, elle est sûre d'avoir assisté à un meurtre. Un meurtre s'est-il vraiment produit sur ce bateau ? Si oui, qui manque à l'appel ?

J'ai pris plaisir en lisant ce roman. La première partie, avec la découverte de notre héroïne, de l'intrigue etc. est très prenante et très addictive, je n'arrivais plus à lâcher mon bouquin et j'avais envie d'en savoir toujours plus. Cela est retombé un peu au milieu du livre mais j'ai été très surprise par la fin. Franchement je ne m'attendais pas à ce dénouement, je ne l'avais pas vu venir et c'est ce qui me plaît toujours dans ce genre d'histoire : la surprise ! Et surtout le fait que si on relit le bouquin en connaissant la fin, on le voit complètement différemment.

Cependant, je n'ai pas trouvé de grande originalité dans l'intrigue qui reste assez simple. Cela ressemble beaucoup au Crime de l'Orient Express d'Agatha Christie puisque pratiquement toute l'histoire se passe en lieu clos (ici, sur le bateau).

Il y a beaucoup de personnages dans cette histoire, je me suis perdue parfois à me souvenir qui était qui. Mais, le fait d'être en point de vue interne, dans la tête de Laura était vraiment bien ! Lo vient de subir un choc et on sent au fur et à mesure qu'elle est très faible psychologiquement. Et on en vient même à se demander si elle a vraiment vu ce qu'elle prétend avoir vu (un meurtre donc ! L'aspect psychologique de Lo prend beaucoup de place dans l'histoire. Mais moi j'ai aimé cet aspect !

J'ai beaucoup apprécié la lecture de ce roman, même si je ne pense pas qu'il me marquera. C'était une bonne lecture.

Anaïs 🌸
mardi 20 février 2018

Allo sorcières, tome 2 : Sous le soleil exactement, Anne-Fleur Multon et Diglee



Mon avis : Une de mes séries jeunesse coup de cœur ! ❤

Ça y est, elles sont de retour ! Et quel bonheur de retrouver mes petites héroïnes préférées.

J'avais eu un véritable coup de cœur l'année dernière pour le tome I d'Allô Sorcières. Quand les éditions Poulpe Fictions m'ont contactée pour me proposer de m'envoyer le tome II, j'ai sauté au plafond et je les remercie énormément ! 

Nous retrouvons Aliénor, Itaï, Azza et Maria là où nous les avions quittés dans le tome I. Ce sont les vacances et elles se retrouvent chez le grand-père d'Aliénor dans son manoir. Un manoir qui cache bien des secrets… L'occasion pour les filles d'explorer le manoir et d'imaginer pleins de choses et notamment lorsqu'elles vont trouver un portrait d'une jeune femme ressemblant fortement à Ali (mais surtout à Frida Kahlo!). Leur petite enquête va commencer à ce moment-là !

Cette fois-ci, l'histoire est racontée du point de vue de Maria, la Québécoise. On va en apprendre plus sur sa personnalité et sur sa vie avec sa maman au Québec. Maria est très attachante, elle n'a pas confiance en elle car elle est ronde et n'arrive pas à s'accepter telle qu'elle est. Pourtant, avec ses amies, Maria n'a pas peur de se cacher et s'affiche avec des maillots de bain sirènes, des tenues qui lui correspondent et qui reflètent qui elle est vraiment. Maria a beaucoup de personnalité, je l'aime beaucoup ! Son personnage permet à l'auteure Anne Fleur Multon d'aborder un des thèmes phares du roman : l'acceptation de soi et le regard des autres. Tout ceci est fait de façon tellement positive et c'est toujours ce qui me plaît dans cette série.

D'autres thèmes tout aussi forts sont abordés dans ce tome II comme le racisme, la maladie, la religion, la famille et bien plus encore !

C'est un livre que tous les jeunes lecteurs devraient lire. Anne-Fleur Multon à travers ses 4 petites sorcières aborde des messages très importants toujours dans la bonne humeur et la bienveillance. Encore une fois, c'est une lecture qui m'a fait du bien !

J'adore, j'adore, j'adore ! ❤


Anaïs 🌸

Allo Sorcières, tome 2 : Sous le soleil exactement d'Anne-Fleur Multon - Editions Poulpe Fictions - 215 pages - Sortie le 25 janvier 2018
lundi 19 février 2018

C'est lundi que lisez-vous ? (#34)

Aujourd'hui c'est lundi et le lundi c'est le rendez-vous hebdomadaire pour faire le point sur mes lectures. Tous les participants de ce rendez-vous sont répertoriés sur le blog de Galleane.


Bonjour à tous. 
Cette semaine a très bien débuté avec le tome II d'Allô Sorcières : Sous le soleil exactement, que j'attendais de lire avec impatience et je n'ai pas été déçue, encore une fois j'ai adoré !
Ensuite, j'ai lu, Proxima du Centaure, c'est une lecture assez étrange, mais j'ai vraiment passé un bon moment à le lire, c'est très original, complètement déroutant !
J'ai continué avec la BD adaptée des romans Malenfer, une déception malheureusement…
Et j'ai vraiment beaucoup bien ri en lisant Dans la combi de Thomas Pesquet. J'ai appris pleins de choses sur l'astronaute, sa préparation, comment il a vécu tout cela. C'est vraiment super ludique, j'ai beaucoup aimé.

« Le cœur de Simon migrait dans un autre endroit du pays, ses reins, son foie et ses poumons gagnaient d’autres provinces, ils filaient vers d’autres corps. » Réparer les vivants est le roman d’une transplantation cardiaque. Telle une chanson de gestes, il tisse les présences et les espaces, les voix et les actes qui vont se relayer en vingt-quatre heures exactement. Roman de tension et de patience, d’accélérations paniques et de pauses méditatives, il trace une aventure métaphysique, à la fois collective et intime, où le cœur, au-delà de sa fonction organique, demeure le siège des affects et le symbole de l’amour.





Très bonne semaine à tous ! 

Anaïs 🌸

dimanche 18 février 2018

Malenfer, Cassandra O'Donnell et Makura



Mon avis : bof bof... pas convaincue du tout ! Mais je n'ai plus 8 ans...

Je remercie par avance les éditions Flammarion Jeunesse de m'avoir envoyé cette bande dessinée.

Voici le résumé : Gabriel et sa petite sœur Zoé vivent seuls près de la dangereuse forêt de Malenfer. Les arbres magiques approchent à grands pas et leurs parents, partis chercher de l'aide, ne sont pas revenus depuis deux mois. Alors que plusieurs personnes ont disparu, les enfants découvrent que le responsable est un dragon maléfique. Seul maître Batavius peut les aider

Bon, cela va être assez rapide car je n'ai pas vraiment apprécié malheureusement. Cette bande dessinée est donc l'adaptation du roman jeunesse à succès Malenfer. Moi qui n'avais encore jamais lu ces romans je me suis dit que c'était l'occasion de découvrir l'univers.

Je trouve que cette BD est très courte, voire trop courte. Tout va très vite, bon en même temps il ne faut pas oublier que le roman fait plus de 200 pages et la BD 48 pages donc nous avons sûrement ici le strict minimum. Moi, cela m'a dérangée, je n'ai pas réussi à m'attacher à l'histoire et aux personnages. Mais je pense que pour les lecteurs de 8 ans, qui auraient du mal à se mettre dans la lecture cela peut être une bonne alternative !

Je n'ai pas non plus été conquise par les dessins, les personnages sont lisses, le dessin est trop coloré. Cependant, si je me mets dans la peau d'un lecteur de 8 ans (j'ai bien compris que je n'avais plus 8 ans, tout ceci me dépasse... 🤣) cela permet aussi de ne pas avoir cet aspect "méchant et peur", cela ne les effraiera donc pas !

Déception pour ma part, mais je pourrais conseiller cette BD aux petits lecteurs n'ayant pas encore découvert le roman et qui auraient plus de mal avec la forme romanesque justement ! 

Anaïs 🌸

Malenfer de Cassandra O'Donnell et Makura - Editions Flammarion jeunesse - 48 pages - Sortie le 17 janvier 2018


vendredi 16 février 2018

Eliza et ses monstres, Francesca Zappia



Mon avis : l'histoire et le thème principal abordé par l'auteur sont très originaux, mais, je m'attendais à un peu plus…

Complètement influencée par les réseaux (je l'avoue !) j’avais énormément envie de lire Eliza et ses monstres. Je crois que je n'avais vu passer que des avis positifs sur ce nouveau roman de Franscesca Zappia dont je ne connaissais pas la plume. Quand j'ai reçu, au magasin, le service presse, je me suis jetée dessus (désolé ma copine Agathe!) et je l'ai lu immédiatement.

Dans la vie, Eliza Mirk est une lycéenne, timide, renfermée, qui n'a pas beaucoup d'amis... Sur internet, elle est LadyConstellation, la dessinatrice anonyme de la bande dessinée à succès La Mer Infernale. Son œuvre, publiée sur internet connaît un vrai succès depuis quelques années et beaucoup de lecteurs la suivent assidûment et attendent chaque semaine la suite des aventures !
Cette double vie lui correspond plutôt bien jusqu'à ce que cela bascule lorsqu'un nouveau arrive au lycée : Wallace, elle apprend qu'il fait de la fan fiction de sa BD et surtout qu'il est un des modérateurs d'un forum très actif de La Mer Infernale.

Niveau originalité, je dis bravo ! Je n'ai jamais lu de roman sur ce thème-là et ça change j'ai vraiment beaucoup apprécié.

Concernant Eliza... Je n'ai pas réussi à m'accrocher à ce personnage. Elle est très renfermée et se contente de son monde virtuel, de sa notoriété (anonyme) sur le Net et de ses amis virtuels. Elle ne souhaite qu'une chose, c'est avoir son diplôme pour quitter le domicile familial et vivre de sa bande dessinée. Elle a l'impression que personne ne la comprend et surtout pas sa famille : ses deux frères et ses parents… Je l'ai trouvé égoïste, elle ne s'intéresse pas du tout à ses petits frères et elle va se rendre compte plus tard que cela lui fait du mal. Pareil pour ses parents, ils n'imaginent pas une minute la notoriété de leur fille et pas même de l'argent qu'elle gagne grâce à cette BD.

Sa rencontre avec Wallace, qui est un peu son double masculin va quelque peu lui faire changer son mode de vie. Pareil qu'elle, il est une personne très renfermée, ne parle pas en public, n'a pas d'amis. Ce qui compte le plus pour lui c'est la fan fiction de la Mer Infernale et notamment de la novélisation de la BD. C'est cette passion commune qui va les rapprocher mais, les rapprocher dans le monde réel. Même si les relations sont compliquées parce que Wallace a subi dans son passé un choc qui l’empêche de parler… Ils échangent souvent par écrit ou par mail. Ils vont apprendre tous les deux que les amitiés réelles peuvent exister qu'elles comptent plus que des amitiés virtuelles.

Les thèmes abordés sont dans l'air du temps et très bien traités : les réseaux sociaux et ses limites, l'amitié, la famille.

Pour finir, je dirais que ce roman est très complet et que les sujets abordés sont originaux et vraiment très bien traités. Mais, ce n'est pas un coup de cœur pour moi.

Eliza et ses monstres de Francesca Zappia - Editions Robert Laffont - 398 pages - Sortie le 18 janvier 2018

Anaïs 🌸
mardi 13 février 2018

L'étrange boutique de Miss Potimary, Ingrid Chabbert et Séverine Lefebvre




Mon avis : une BD jeunesse à partir de 8 ans qui m'a totalement conquise ! 

Moi qui adore les BD jeunesse, je suis totalement tombée sous le charme de celle-ci, que ça soit au niveau graphisme avec ses couleurs chaudes, de l'histoire et de son héroïne. Tous les codes de la bande dessinée jeunesse sont réunis : un mystère, des fantômes (mais gentils !) un animal de compagnie (qui parle !) et bien sûr, des méchants !

Betty vient tout juste d’avoir 9 ans, elle a pour animal de compagnie une petite souris Dare Dare. Elle se rend dans la boutique Miss Potimary et tombe sous le charme d’une jolie boîte à secrets japonaise. Miss Potimary la met en garde, cette boîte renferme bien des mystères… Une fois chez elle, Betty essaie d’ouvrir la fameuse boîte et se retrouve alors 30 ans plus tôt dans l’enfance de sa mère. Elle va devoir accomplir une mission bien surprenante.

Après la boîte à musique que j'ai lue il y a quelques jours et dont j'ai forcément pensé en lisant celle-ci, ici, la petite Betty est emportée dans une boîte à secrets, c'est rigolo ! Betty est une héroïne très mignonne et très attachante.

Je recommanderais sans aucun doute cette bande dessinée à touts mes petits lecteurs en quête de mystère et d'aventure ! J'ai adoré ! 💜

Le tome II paraîtra en librairie en avril 2018 !

Anaïs 🌸


L'étrange boutique de Miss Potimary d'Ingrid Chabbert et Séverine Lefebvre, Bande dessinée jeunesse - Editions Jungle ! - 54 pages - Sortie le 25 janvier 2017



lundi 12 février 2018

C'est lundi que lisez-vous ? (#33)

Aujourd'hui c'est lundi et le lundi c'est le rendez-vous hebdomadaire pour faire le point sur mes lectures. Tous les participants de ce rendez-vous sont répertoriés sur le blog de Galleane.

 


Bonjour à tous. Cette semaine, je suis plutôt fière, j'ai eu le temps de lire pas mal de choses. Mais, je n'ai pas tout apprécié, malheureusement. 
J'ai lu mon deuxième livre de Michel Bussi, T'en souviens tu mon Anaïs, vous pouvez retrouver mon avis juste en dessous. Ensuite un polar, La disparue de la cabine n°10 sur les conseils d'une collègue, ce fut une bonne lecture, je vous en reparlerai bientôt ici.
Niveau BD deux déceptions avec Nils et Opération Copperhead, je n'ai pas accroché du tout. 
Heureusement, j'ai eu un vrai petit coup de coeur pour la BD L'étrange boutique de Miss Potimary !
Et, je voulais me mettre aux comics et j'ai commencé avec Superman Rebirth tome 1 et j'ai vraiment beaucoup aimé, j'ai hâte de lire la suite !


 La suite des aventures connectées d'Ali et ses amies Après leur rencontre, dans le tome 1, Aliénor, Itaï, Azza et Maria sont de retour en France, près de Lyon, pour y passer des vacances toutes ensemble. Elles y sont invitées par le grand-père d'Aliénor, qui espère recoller les morceaux avec sa petite-fille guyanaise. Il habite dans un grand manoir aussi mystérieux qu'inquiétant, propice aux déambulations de quatre amies, à l'imagination débridée et caméra au poing ! Quand les filles y découvrent le portrait fascinant d'une princesse indienne, leur enquête commence !




Bonne semaine à vous tous ! 

Anaïs 🌸
dimanche 11 février 2018

Le sel de nos larmes, Ruta Sepetys



Mon avis : malheureusement déçue par ce roman, je n'ai pas réussi à me mettre dedans.

L'histoire se passe pendant la Seconde Guerre mondiale. Quatre adolescents, chacun venant de pays différents. Ils se rencontrent et n'ont qu'un but, embarquer sur un bateau, promesse de liberté.

Contrairement aux différents avis que j'ai pu lire, ce roman ne m'a pas plu… Les chapitres sont très courts et j'ai eu du mal à me concentrer, à savoir qui était qui, je mélangeais toutes les histoires. Ça m'a beaucoup perturbée.

J'ai aussi trouvé la première partie très longue… Je ne comprenais pas trop où cela allait en venir, d'autant plus que je n'avais pas lu le résumé donc je ne savais pas que la grande partie du roman allait tourner autour de l'embarquement sur le bateau.
Et, en effet, j'ai trouvé grand intérêt dans la seconde partie, une fois que les héros ont embarqué dans le bateau. Cela s'accélère, il y a plus de rebondissements. Mais, j'ai trouvé la fin trop brusque, trop rapide, presque bâclée.

En bref, ce roman ne m'a pas touchée, je n'ai pas réussi à me mettre dedans. C'est dommage car c'est un thème que j'affectionne beaucoup, mais peut-être que finalement j'en ai un peu marre des histoires sur la guerre… ou que ce n'était pas le bon moment pour le lire !

Anaïs 🌸


Le sel de nos larmes de Ruta Sepetys - Littérature jeunesse - Historique - Editions Gallimard - 464 pages - Sortie le 04 janvier 2018 


vendredi 9 février 2018

T'en souviens-tu mon Anaïs ? Michel Bussi




Mon avis : un style qui change avec ce recueil de nouvelles, un bon moment passé même si les chutes ne m'ont pas toutes surprises ! 

Cela peut paraître un peu bête mais si j'ai eu envie de lire ce roman, c'est à cause du titre ! Bah oui je m'appelle Anaïs alors je l'avoue, ça m'a beaucoup beaucoup influencé et attisé encore plus ma curiosité ! 
Je n'avais lu jusqu'ici qu'un seule roman de Michel Bussi : Nymphéas Noirs que j'avais beaucoup aimés d'ailleurs. 

Ce roman est différent puisqu'il s'agit en fait d'un recueil de quatre petites nouvelles. J'ai passé un très bon moment, les nouvelles sont courtes, cela se lit très vite.

Tous les codes de la nouvelle littéraire sont respectés : un récit court, les personnages sont peu nombreux et brièvement décrits, l'action est assez simple mais construite de façon à ménager un effet de surprise à la fin (qu'on appelle la chute).

J'ai essayé de vous résumer chacune (sans en dire trop!) : 

  • T'en souviens-tu mon Anaïs ? Nous rencontrons Ariane qui vient de déménager dans une bâtisse à retaper à Veules les roses avec sa petite fille Anaïs de 3 ans. Elle part sur les traces d'Anaïs Aubert, célèbre actrice du XIXème siècle. Quel secret cachait-elle ? Pourquoi Ariane se sent-elle observée dans sa nouvelle maison ?
C'est la nouvelle que j'ai préféré du recueil ! Il y a de belles descriptions des lieux, on a l'impression de se promener dans ce petit village de Normandie. Puis, il y a du suspens, j'ai été tenu en haleine jusqu'à la fin, et d'ailleurs, la fin m'a étonnée je ne m'y attendais pas du tout !

  • L'armoire normande : dans cette deuxième nouvelle, il est question, comme son titre l'indique, d'une armoire normande. Une armoire normande très précieuse et qu'il ne faut absolument pas touchée car elle est très fraigle. Un couple de Parisien en vacances va être très intrigué par celle-ci… Cette armoire cache-t-elle des secrets ? Cache-t-elle vraiment ce qu'ils pensent ?
Malheureusement pour celle-ci je me suis doutée de la fin bien avant la fin… Un peu dommage pour ma part !

  • Vie de grenier : au détour d'une brocante, un homme retrouve sur les étalages d'une dame portant une robe à coquelicots, des souvenirs de sa vie passée : les poupées de sa fille, les CD de son fils… Il est persuadé que cette femme lui a volé ces objets, pour sa femme il ne s'agit que d'une coïncidence.
Pareil pour celle-ci, j'avais deviné la fin avant la fin, encore ! Mais, j'ai beaucoup aimé les thèmes qui y sont abordés comme la famille, le passé, les souvenirs !

  • Une fugue au paradis : cette dernière nouvelle se passe sur l'île de la Réunion et c'est la seule du recueil que je pourrais qualifier de "policière" puisqu'un drame se joue le soir du nouvel an sur la plage.
C'est la nouvelle que j'ai le moins aimée… Je l'ai trouvé un peu inutile, je n'ai pas du tout retrouvé les belles images des trois premières où l'on était en Normandie et où j'avais vraiment l'impression d'être sur place. Je n'ai pas vraiment été tenu en haleine par cette nouvelle contrairement aux autres.

Dans l'ensemble, c'est une bonne lecture. Je pense que c'est vraiment le genre de petit livre qu'on lit tranquillement pendant les vacances, sur la plage ou ailleurs car cela reste assez léger, tout en étant plaisant !

Anaïs 🌸

jeudi 8 février 2018

Throwback thursday (#12) : Une histoire en France



Créé par BettieRoseBooks et conçu sur le même principe que le Throwback Thursday d’Instagram mais version livres ! Chaque semaine, un thème est proposé et il faut partager une lecture correspondante (une seule) à ce thème. Ce que permet ce rdv ? De ressortir des placards des livres qu’on aime mais dont nous n’avons plus l’occasion de parler, de faire découvrir des livres à vos lecteurs, de se faire plaisir à parler de livres ! Comme nous « revenons en arrière », il s’agit de livres déjà lus. Sauf exception de thème.

Cette semaine le thème est :

J'ai choisi : 

La vie devant soi de Romain Gary : un classique j'avais dans ma pile à lire depuis tellement longtemps et que j'ai adoré. C'est un roman touchant, émouvant, drôle. Tellement novateur pour l'époque. L'histoire se passe à Paris et a été écrit par un écrivain français (il est arrivé en France à ses 14 ans) donc je pense être dans le thème. 


Résumé : Histoire d'amour d'un petit garçon arabe pour une très vieille femme juive : Momo se débat contre les six étages que Madame Rosa ne veut plus monter et contre la vie parce que "ça ne pardonne pas" et parce qu'il n'est "pas nécessaire d'avoir des raisons pour avoir peur". Le petit garçon l'aidera à se cacher dans son "trou juif", elle n'ira pas mourir à l'hôpital et pourra ainsi bénéficier du droit sacré "des peuples à disposer d'eux-mêmes" qui n'est pas respecté par l'Ordre des médecins. Il lui tiendra compagnie jusqu'à ce qu'elle meure et même au-delà de la mort.

Anaïs 🌸

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...